Ouvrez votre agence Villas Club
Réseau d'agences
de proximité
Maisons modernes
et personnalisables
Configurateur
en ligne

Focus sur la réglementation thermique et ses évolutions

reglementation thermique rt 2012

Mise en place dès 1974 après la première crise pétrolière, la réglementation thermique a fait ses preuves. Elle est aujourd’hui plus que jamais nécessaire, pour réduire la consommation d’énergie des bâtiments, lutter contre le réchauffement climatique et… diminuer les factures énergétiques ! Toutefois, en plus de quarante ans, les exigences de la loi ont bien logiquement évolué – et continuent de le faire.

 

  1. La réglementation thermique en vigueur

La réglementation thermique qui s’impose aujourd’hui est la RT 2012 et elle a été complétée en 2015. La réglementation thermique 2012 avait pour but de diminuer de manière importante la consommation d’énergie primaire des constructions neuves, qui ne doit pas dépasser 50 kWhep (kiloWatt d’énergie primaire) par mètre carré et par an. Les maisons neuves qui ont obtenu la certification RT 2012, après avoir passé le test d’étanchéité à l’air, sont donc considérées comme des BBC (bâtiments basse consommation). En 2015, le législateur a ajouté une contrainte d’isolation et d’installation d’équipements d’énergie renouvelable à la RT 2012, afin que les nouvelles constructions ne dépassent pas 30 kWhep/m2/an pour obtenir l’attestation RT 2012. Cette exigence varie néanmoins en fonction de la situation géographique, de l’altitude et de la surface du logement : sinon, il serait plus facile de la respecter en construisant une petite maison dans le Sud de la France qu’une grande bâtisse à 1500 mètres d’altitude dans les Alpes !

 

  1. Les trois exigences de résultat de la RT 2012

Afin de ne pas excéder cette consommation annuelle, la RT 2012 impose trois exigences de résultats :

- le coefficient BBiomax (bilan bioclimatique du bâtiment), exprimé en points, qui détermine les besoins énergétiques de la maison pour le chauffage, l’éclairage, la régulation de la température intérieure l’été. Ce coefficient ne doit pas être supérieur à une valeur calculée en fonction de la localisation, l’altitude et le type de construction.

- l’indice Cep (consommation d’énergie primaire), qui varie en fonction du nombre d’occupants, des données météorologiques moyennes, du temps de présence, etc.

- l’indice Tic (température intérieure conventionnelle), c’est-à-dire la température dans la maison pendant les fortes chaleurs, sans recours à la climatisation.

 

N’hésitez pas à interroger votre conseiller Villas Club, afin de vous assurer que votre projet obtienne la certification de la réglementation thermique en vigueur.

 

Retour aux Actualités